Image qui suit la souris
Crèche au Mont-sur-Lausanne Garderie au Mont-sur-Lausanne Garde d'enfants au Mont-sur-Lausanne
Jardin d'enfants au Mont-sur-Lausanne Crèche dans la région lausannoise

Léon Tolstoï

Garderie dans la région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Accueil
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Principaux pédagogues
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Principes pédagogiques
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Programme pédagogique
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Formation d'auxiliaires
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Formulaire d'inscription
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Horaires et tarifs
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Rapports d’activités
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Localisation
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Contacts
Garde d'enfants, région lausannoise
Jardin d'enfants, région lausannoise Vidéos et photos
Garde d'enfants, région lausannoise

Le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï, en russe: Лев Николаевич Толстой, francisé en Léon Tolstoï, (1828 - 1910) est, avec Fedor Dostoïevski, un des géants de la seconde partie de la période connue comme l'âge d'or de la littérature russe (débutant en 1820, avec les premières oeuvres de Pouchkine, et se terminant en 1880 avec les dernières grandes oeuvres de Dostoïevski}. Ses œuvres les plus connues sont les romans Guerre et Paix, Anna Karénine et Résurrection.

Léon Tolstoï
Léon Tolstoï

Il est né le 28 août 1828 du calendrier julien (9 septembre 1828 du calendrier grégorien) à Iasnaïa Poliana en Russie et il est mort le 7 novembre 1910 du calendrier julien (20 novembre 1910 du calendrier grégorien) à Astapovo.

Ses premières publications sont des récits autobiographiques (Enfance et Adolescence) (1852-1856). Ils rapportent comment un enfant, fils de riches propriétaires terriens, réalise lentement ce qui le sépare de ses camarades de jeu paysans. Plus tard, vers 1883, il rejette ces livres comme étant trop sentimentaux, une bonne partie de sa vie y étant révélée et décide de vivre comme un paysan en se débarrassant aussi de ses possessions matérielles héritées, qui étaient pourtant nombreuses, ayant acquis le titre de Comte. Avec le temps, il sera de plus en plus guidé par une existence simple et spirituelle.

Il est frappé dès son enfance par le sentiment de l'absurdité de la vie (à la suite de la mort de son père) et il refuse l'hypocrisie des relations sociales. Le sentiment moral est ce qu'il y a de véritablement divin: toute la morale de Tolstoï est fondée sur ce sentiment. Par ailleurs, Tolstoï rejette l'État et l'Église. Si certains ont pu rapprocher la pensée de Tolstoï d'un nihilisme fondé sur une morale personnelle, d'autres ont fait de l'écrivain russe un penseur important et influent de l'anarchisme chrétien: en effet, sa critique radicale de l'État, ses préoccupations envers les masses opprimées, l'importance de ses réalisations pédagogiques, sa recherche de cohérence sur le plan personnel, en ont fait un penseur proche de l'anarchisme. Par ailleurs, il conçoit l'art véritable comme étranger à la recherche du plaisir purement esthétique: l'art est un moyen de communication des émotions et d'union entre les hommes. Aussi critique-t-il l'art pour l'art, la beauté bourgeoise inaccessible aux gens simples.

Marqué par les conflits comme la Guerre de Crimée (1853-1856) durant laquelle il a été mobilisé, relatée dans "Récits de Sébastopol", ou les conflits passés telles les Guerres Napoléoniennes, qui constituent la trame d'une de ses œuvres majeures: "Guerre et Paix", Tolstoï entame à partir des années 1870 une sorte d'introspection, en forme de quête spirituelle. En 1879, Tolstoï se convertit au christianisme qu'il évoque dans "Ma confession" et "Ma religion", mais il est très critique par rapport à l'église orthodoxe russe: son christianisme reste empreint de rationalisme, la religion étant toujours chez lui un sujet de violents débats internes, ce qui l'amènera à concevoir un christianisme détaché du matérialisme et surtout non-violent. Sa critique des institutions oppressives et sources de violence inspirera le Mahatma Gandhi, ainsi que Romain Rolland. Leur message sera ensuite repris par Martin Luther King, Steve Biko, Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela et bien d'autres. Gandhi traduira l'œuvre de Tolstoï "Lettre à un Hindou" en 1908, où l'écrivain russe dénonce des actes de violence de nationalistes indiens en Afrique du Sud; ceci amènera Gandhi et Tolstoï à communiquer jusqu'à la mort de Tolstoï. De même, Rolland publiera peu après le décès de Tolstoï sa biographie: "Vie de Tolstoï". On constate là des liens subtils entre diverses personnalités imprégnées d'idées progressistes et humanistes qui en inspirent d'autres et qui ne font qu'améliorer le sort du monde.
De son côté, l'église orthodoxe va excommunier Tolstoï après la publication de son œuvre "Résurrection".

À la fin de sa vie, Tolstoï part en vagabond, attrape froid et meurt d'une pneumonie dans la solitude, à la gare d'Astapovo, loin de sa propriété de Iasnaïa Poliana et de sa famille, y compris sa femme Sophie Behrs qu'il refusera de voir. Pourtant ils s'autorisaient chacun à lire le journal intime de l'autre et ont eu treize enfants ensemble (cinq meurent en bas âge), mais Sophie était aussi celle qui dirigeait le domaine, donc assez autoritaire.

Tolstoi fut aussi inspiré au cours de sa vie par d'autres figures majeures de la non-violence telles le philosophe américain Henry David Thoreau et le prophète baha'i, Baha'u'llah.
Tolstoï et l'espéranto [modifier]

Espérantiste convaincu, Tolstoï a fait savoir qu'il était favorable à l'espéranto, langue internationale qu'il disait avoir appris en dix heures. «J'ai trouvé le volapük très compliqué et, au contraire, l'espéranto très simple. Ayant reçu, il y a six ans, une grammaire, un dictionnaire et des articles en espéranto, j'ai pu arriver facilement, au bout de deux petites heures, sinon à l'écrire, du moins à le lire couramment. [...] Les sacrifices que fera tout homme de notre monde européen, en consacrant quelque temps à son étude, sont tellement petits, et les résultats qui peuvent en découler tellement immenses, qu'on ne peut se refuser à faire cet essai.» (1894)

Tolstoï et le végétarisme
Léon Tolstoï adopta un régime végétarien en 1885. Il préconisa le "pacifisme végétarien" et prona le respect de la vie sous toutes ses formes même les plus insignifiantes. Il écrit qu'en tuant les animaux "l'homme réprime inutilement en lui-même la plus haute aptitude spirituelle - la sympathie et la pitié envers des créatures vivantes comme lui - et qu'en violant ainsi ses propres sentiments, il devient cruel". Il considérait par conséquent que la consommation de chair animale est "absolument immorale, puisqu'elle implique un acte contraire à la morale: la mise à mort".

Tolstoï voulait libérer l’individu de l’esclavage physique mais aussi mental. En 1856, il donne ses terres aux serfs, mais ceux-ci refusent en pensant qu’il va les escroquer. Il se posera donc sans cesse cette question: «Pourquoi, mais pourquoi donc, ne veulent-ils pas la liberté?» C’était un pédagogue hors du commun. Il voyage et dit que partout, on apprend à l’école l’apprentissage de la servitude. Les élèves récitent bêtement les leçons sans les comprendre. Mettre les enfants directement en contact avec la culture, c’est renoncer à cette programmation fastidieuse et stérile qui va du plus simple au plus compliqué. Ce qui intéresse les enfants, ce sont les sujets vivants et compliqués, où tout s’enchevêtre. «Que faut-il enseigner aux enfants?» Tolstoï imagine une prolifération de lieux culturels, où les enfants apprendraient en fréquentant ces lieux.

Tolstoï s'est toujours réclamé de son héritage chrétien et a tardivement formalisé son anarchisme politique à travers l'expression d'une mystique de la liberté toute entière enracinée dans l'exemple christique. Le déni du bien-fondé de l'autorité et de toute forme de pouvoir visant à la limitation de la liberté personnelle fut dénoncée par Tolstoï dans de nombreux articles à tonalité résolument anarchiste et motivés par une foi réfléchie dans l'injonction christique du service de l'autre. Le paradigme social dérivé de la dite règle d'or est célébré par Léon Tolstoï comme celui d'un monde voué à l'épanouissement de tous dans le respect réciproque et l'exaltation personnelle. Ses écrits influenceront les anarchistes mystiques russes du début du XXe siècle, parmi lesquels Georges Tchoulkov, Vassili Nalimov ou Alexis Solonovitch. La conjonction de ces deux dimensions, mystique et anarchiste, dans maints écrits de Tolstoï, feront forte impression sur le jeune Gandhi. Ce dernier entrera en contact avec Tolstoï, une correspondance s'en suivra, et Gandhi se réclamera toute sa vie de la pensée de Tolstoï, dont il disait être un «disciple».

> Page suivante | > Retour au sommaire des principaux pédagogues

 

Ecole Maternelle Le Mont-sur-Lausanne Ecole maternelle Lausanne
Garderie Matt & Matic - Maillefer 59-61, 1052 Le Mont-sur-Lausanne - Directeur: Christian Dubuis - - Tél. 079 931 77 27 Garde d'enfants, région lausannoise Crèche et garderie à Lausanne
Jardin d'enfants à Lausanne
Garde d'enfants à Lausanne Garderie et crèche - Lausanne Crèche subventionnée au Mont-sur-Lausanne